FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
Superstition de Karen Robards
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Petites chroniques et lectures communes

Author Thread
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Superstition de Karen Robards  Répondre en citant  


Résumé

En retournant dans la ville de son enfance pour des raisons professionnelles, Nicole Sullivan ne pensait pas qu’elle déclencherait un assassinat. Journaliste pour l’émission de télévision Investigation, elle réalise un sujet sur le meurtre irrésolu de 3 jeunes filles lorsque l’horreur se reproduit. Entourée de sa mère medium, de sa famille et du nouveau chef de police, Joe Franconi, elle mène l’enquête au péril de sa vie.

Avis de Marnie

Karen Robards est un des meilleurs auteurs actuels de “suspense romance”. Plus les années passent, et plus elle semble jouer avec le second degré, passant de l’ironie au sarcasme. Ici, elle flirte avec les extrêmes, certains préférant les recettes classiques pourront s’en irriter, j’ai d’abord failli tomber dans le piège, mais j’ai rapidement été gagnée par l’aspect jouissif de ses excès. Aucun génie, mais un savoir faire alerte et primesautier.

En fait, c’est l’héroïne qui fera certainement grincer des dents. Lorsque l’on regarde un film d’horreur, et que l’on observe en levant les yeux au ciel, la jeune femme poursuivie par un serial killer se précipiter tout le temps vers le danger, on se demande pourquoi ses réactions sont-elles si insensées ? Et bien, dans ce roman, cet aspect énervant est carrément poussé à l’extrême. Pour obtenir un scoop et continuer son émission racoleuse, la journaliste Nicole Sullivan ferait un pacte avec le diable. Elle a beau voir les personnes tomber comme des mouches autour d’elle, rien ne la ferait renoncer, au mépris de sa propre intelligence et de la sauvegarde des gens qui l’entourent. Son manque de scrupules est sidérant, et seuls ses sentiments naissants pour le héros, la font quelque peu hésiter, mais si peu... Il est vrai que l’on peut reprocher à l’auteur de ne pas s’être attachée à son héroïne privilégiant le côté sarcastique de son regard critique d’où un manque de sensibilité certain.

Quant à Joe Franconi, on a devant nous le prototype du héros pur et dur, machiste, qui ne veut pas s’engager, trop occupé à panser ses plaies dans cette retraite dorée qui s’est présentée à lui, après avoir été grièvement blessé, aussi bien physiquement que moralement. S’il est nettement plus attachant que Nicole, son côté particulièrement obtus, et son refus de voir la réalité en face (on retrouve souvent ces tendances chez les héros imaginés par Karen Robards) font qu’il provoque chez le lecteur l’envie de le secouer.

Mais le second degré apparaît tellement vite, qu’il devient évident que l’auteur provoque volontairement le lecteur en faisant assumer à ses deux personnages principaux, une certaine amoralité galopante (la dernière page en est l’apogée). Au lieu d’une introspection qui leur ferait soudain ouvrir les yeux sur leurs défauts, ils semblent absorber les excès de l’autre, le résultat est franchement amusant. S’il est vrai qu’ils passent un peu trop de temps en reproches incessants et répétitifs (oui, Nicole ne souhaite pas se mettre à l’abri !) les deux héros forment un couple charismatique : caractères forts et coléreux, envolées explosives, dialogues cinglants et amusants, scènes légèrement sensuelles mais soft, avec un côté tout public bien affiché.

On ajoute à cela les personnages secondaires qui, comme toujours dans les romans de Karen Robards, sont excentriques ou consternants à souhait. La palme revient à Cléo, le cochon, qui traverse l’intrigue avec brio, ou encore les fantômes, qui comme l’écrit l’auteur elle-même avec un certain cynisme, sont un thème à la mode. Tout cela est ludique et plaisant, mais repose avant tout sur une intrigue bien réfléchie et solide, aux multiples rebondissements, dont certains vraiment surprenants. Si l’auteur aime s’amuser avec les clichés de la romance, elle semble prendre l’aspect thriller au sérieux, ce qui enrichit considérablement le récit. Toutefois, il faut regretter un final un peu trop expédié pour ne pas écrire bâclé.

En conclusion, Karen Robards connaît les recettes pour réussir ses romans de suspense, et visiblement, elle adore jouer avec les clichés que l’on trouve souvent dans ce style de romans. Si vous avez envie de vous plonger dans un divertissement léger, mais captivant, vous trouverez ici votre bonheur.

_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 17/05/2007 17:57:14
  Visiter le site web du posteur
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 17/05/2007 17:57:14
 
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
Superstition de Karen Robards  Répondre en citant  

Je l'ai acheté aussi celui-là... Et il serait temps que je me mette aux contemporains de Robards, je pense que je vais aimer. Mais Pfff ! Manque de temps...
Message 19/05/2007 13:15:33
 
Contenu Sponsorisé





Superstition de Karen Robards    

Message 17/08/2017 04:30:52
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 17/08/2017 04:30:52
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell