FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
Au dessous du volcan
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Autres lectures

Author Thread
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Au dessous du volcan  Répondre en citant  

Malcom Lowry a mis 10 ans à écrire ce livre, tant il a mis de lui dans le personnage du consul Geoffrey Firmin ; pour moi c’est un chef d’œuvre, complexe, poétique , plein de symboles et de références littéraires
John Huston en a tiré un film qui vaut d'être vu pour la superbe interprétation d'Albert Finney et la sensibilité de Jacqueline Bisset
Ce livre se déroule sur une journée, la dernière de Geoffrey Firmin, consul britannique au Mexique démis de ses fonctions pour alcoolisme, et celle de sa femme, c’est en quelque sorte « la chronique d’une mort annoncée »
Cet homme est rongé par la culpabilité pour un acte de sauvagerie pendant la dernière guerre, dont il a été disculpé mais le doute restera présent pour le lecteur tout au long du roman
Cette culpabilité qu’il noie dans l’alcool entrainera le faux pas, une nuit, de sa femme avec son jeune beau frère puis son départ , départ qui le plongera encore d’avantage dans cette spirale infernale qu’il décrit avec beaucoup de compréhension et de lucidité
Mais ce livre est aussi l’histoire d’un amour, d’un amour qui n’arrive pas à se retrouver mais qui se livre à travers des lettres non envoyées, non reçues ou lues trop tard
Elles font parties des plus belles lettres d’amour que j’ai lues
_________________
Message 14/06/2007 18:43:59
 
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 14/06/2007 18:43:59
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Au dessous du volcan  Répondre en citant  

Des extraits de celle de Geoffrey qu’il n’enverra jamais :

« Nuit …et une fois de plus, le corps à corps nocturne avec la mort…le nom de ce pays est Enfer. Ce n’est pas au Mexique bien sûr mais dans le cœur… je crois connaître assez la souffrance physique. Mais c’est le pire de tout, de sentir son âme mourir. Je me demande si c’est parce que ce soir mon âme est vraiment morte que j’éprouve quelque chose comme la paix… depuis que tu es partie, j’ai délibérément lutté contre mon amour pour toi. Je n’osais m’y soumettre. Je me suis agrippé à toutes les branches, toutes les racines qui pouvaient m’aider à franchir seul cet abime dans ma vie mais je ne puis me leurrer plus longtemps. Si je dois survivre il me faut ton secours, autrement tôt ou tard je tomberai.
Pourquoi n’ai-je pas expédié de télégramme ou un mot tout de suite ? Pourquoi, pourquoi ? Car je pense que tu serais revenue à temps si je t’en avais priée. Mais voilà ce que c’est de vivre en enfer. Je ne pouvais pas, je ne puis te prier… Je suis hantée sans répit par tes chansons, ta chaleur et ta joie, ta simplicité et ta camaraderie, tes aptitudes à des centaines de choses, ta santé, ton désordre, ton ordre tout aussi excessif, les doux commencements de notre union…
Le temps est faux guérisseur en tous cas… Tu ne peux savoir la tristesse de ma vie. Sans cesse hanté, que je dorme ou que je veille, par l’idée que tu pourrais avoir besoin de mon secours, que je ne puis t’apporter, comme j’ai besoin du tien, que tu ne peux m’apporter, t’apercevant dans mes visions et dans chaque ombre, il m’a absolument fallu t’écrire ceci, que jamais je n’enverrai, pour te demander ce que nous pouvons faire. N’est-ce pas extraordinaire ? Et pourtant, ne le devons-nous pas à nous-mêmes, à ce Même que nous avons créé en dehors de nous, d’essayer à nouveau ? Hélas, qu’est-il advenu de l’accord et de l’amour qui furent nôtres ! Qu’adviendra-t-il de nos cœurs ? L’amour est la seule chose qui donne un sens à nos pauvres allées et venues sur terre : pas précisément une trouvaille, je le crains. Tu vas me croire fou, mais c’est de cette manière que je bois, comme absorbant un éternel sacrement. Oh ! Yvonne, nous ne pouvons laisser ce que nous avons créé sombrer dans l’oubli de cette terne façon… à présent, je prie pour que tu viennes… reviens, j’arrêterai de boire, je me meurs sans toi, reviens-moi, entends-moi, c’est un cri, reviens-moi, ne serait-ce qu’un jour…. »
_________________
Message 14/06/2007 18:44:52
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Au dessous du volcan  Répondre en citant  

Extraits des lettres d’Yvonne:


« Te rappelles-tu demain ? C’est l’anniversaire de notre mariage … je n’ai pas un seul mot depuis mon départ. C’est ce silence qui m’effraie. Je me suis représenté toutes sortes de choses tragiques qui t’arrivaient, c’est comme si tu étais à la guerre au loin et que j’attendais des nouvelles de toi, une lettre, un télégramme… mais nulle guerre ne pourrait avoir ce pouvoir de tellement glacer et terrifier mon cœur…
Sûrement, tu as dû beaucoup penser à nous, à ce que nous avions bâti ensemble, à la façon dont nous en avons avec tant d’insouciance détruit la structure et la beauté, mais pourtant nous n’avons pu détruire le souvenir de cette beauté…
Je sors dans la rue et tu y es, je me faufile dans le lit et tu m’y attends. Qu’y a t il dans la vie à part l’être qu’on adore et la vie qu’on peut construire avec lui ?... Mon cœur a le goût des cendres et ma gorge se serre lasse de pleurer. Qu’est ce qu’une âme perdue ? C’en est une qui s’est écartée de son vrai chemin et tâtonne dans l’obscurité des routes du souvenir……
Je veux des enfants de toi, je veux sentir ta vie m’emplir et m’agiter, je veux ton bonheur sous mon sein , tes peines dans mes yeux et ta paix entre les doigts de ma main…
Tu marches au bord du gouffre et je ne puis suivre … sans toi je suis rejetée, amputée, je suis une proscrite, une ombre de moi-même… tu te crois perdu, mais il n’en est rien, saisis-toi de l’immense potentiel de force contre lequel tu luttes, qui est dans ton corps et tellement plus puissamment dans ton âme, restaure en moi la santé d’esprit disparue quand tu m’oublias, quand tu me renvoyas, quand tu tournas tes pas vers un autre chemin, une route étrangère que tu as foulée seul…
Je suis peut être le mortel le plus seul devant Dieu, je n’ai pas cette camaraderie que tu trouves dans l’ivresse pour peu satisfaisante qu’elle soit…
Pourquoi ne me réponds-tu pas ? La seule chose que je puisse croire, c’est que mes lettres ne te sont pas parvenues. J’ai mis de coté tout orgueil pour mendier ton pardon, pour t’offrir le mien. Je ne peux pas, je ne veux pas croire que tu as cessé de m’aimer, que tu m’as oubliée. Et si tu ne m’aimes plus et ne souhaite plus que je revienne, voudras-tu m’écrire pour me le dire ? C’est le silence qui me tue, le suspens qui, hors de ce silence, s’étire pour s’emparer de ma force et de mon esprit… ma vie est irrévocablement et à jamais liée à la tienne. Ne vas jamais penser qu’en me relâchant tu seras libre. Tu ne ferais que nous condamner à un suprême enfer, tu ne ferais que libérer quelque chose d’autre pour nous détruire tous deux. Quelle libération peut se comparer à celle de l’amour ? Mes cuisses brûlent du désir de t’étreindre, le vide de mon corps n’est que famine de toi, dans ma bouche, ma langue se dessèche de soif de notre langage. Si tu laisses quoique ce soit t’arriver, tu me blesseras dans mon âme et dans ma chair… je suis entre tes mains…"
_________________
Message 14/06/2007 18:45:24
 
Contenu Sponsorisé





Au dessous du volcan    

Message 18/08/2017 11:47:42
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 18/08/2017 11:47:42
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell