FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
MILENA AGUS, Mal de Pierres
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Autres lectures

Author Thread
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

MILENA AGUS, Mal de Pierres
Editions Liana Levi



Présentation de l'éditeur
Au centre, l'héroïne: jeune Sarde étrange "aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses". Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie... A l'arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d'une extraordinaire finesse: le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne à jamais mal connu; le Rescapé, brève rencontre sur le Continent, à l'empreinte indélébile; le fils, inespéré, et futur pianiste; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l'héroïne de se révéler dans sa vérité. Mais sait-on jamais tout de quelqu'un, aussi proche soit-il... Milena Agus dit de sa famille qu'ils sont " sardes depuis le paléolithique ". Et c'est en Sardaigne que l'auteur de Mal de pierres a résolument choisi de vivre, d'enseigner et de situer son récit. Déjà remarquée par la presse italienne pour son premier roman, Milena Agus confirme ici son exceptionnel talent et sa liberté de ton

Avis d’Enora
C’est le second livre d’une auteur Sarde, Milena Agus, le premier « Mentre Dorme il pescecane » aurait été rapidement retiré après sa publication (source Wikipedia).Ne parlant pas italien, la seule indication que j’ai trouvé sur ce roman est ceci « Le premier livre de Milena Agus, "Mentre dorme il pescecane" (Nottetempo, 2005, 176 pages) traite également d'une saga familiale, celle des Sevilia Mendoza, une famille sarde « depuis le Paléolithique supérieur». La narratrice a épousé un homme aux goûts pervers (joyeusement appelé "le sardo-maso" !) ainsi qu'on peut lire sur le site de son éditeur. » (Source WODKA). Je ne pouvais laisser passer ce trait d’humour que l’on retrouve dans son livre ! Je pense en particulier au passage savoureux ou la jeune femme qui a été éduquée à la sexualité par un mari habitué des maisons closes, énumère à son amant lors de leur première nuit toutes les prestations qu’elle peut lui offrir !

La citation en exergue, tiré du film de Terrence Malick « la ligne rouge » : si je devais ne jamais te rencontrer fais qu’au moins, je sente le manque de toi , nous met tout de suite dans le ton du récit.
Roman ou récit autobiographique ? Milena Agus laisse planer le doute. La narratrice nous conte l’histoire de sa grand-mère maternelle qu’elle reconstruit à partir des confessions de celle-ci. C’est l’occasion pour nous de découvrir la Sardaigne du début du XX ème siècle, la vie de ses habitants et la place des femmes dans cette société marquée par le catholicisme. Cette grand-mère fut en décalage dès son plus jeune âge car elle savait lire et écrivait des poèmes. Cette différence lui vaudra la haine de sa mère et l’ancrera dans l’idée qui lui manque LA chose principale dans la vie : une capacité à se faire aimer. D’où ses tentatives de suicide dans son adolescence puis sa maladie de pierres (toutes ces pierres dans nos corps comme dira son amant, ces pierres qui cristallisent la souffrance) et ensuite ses fausses couches à répétitions. Sa famille envisagera même de la faire interner jusqu’à ce qu’enfin quelqu’un se décide à la demander en mariage, c'est-à-dire à la faire rentrer dans le moule destiné aux femmes de cette génération. « Dans chaque famille, il y a toujours quelqu’un qui paie son tribut pour que l’équilibre entre ordre et désordre soit respecté et que le monde ne s’arrête pas » et cette femme le paiera jusqu’à la limite de la folie. Car comment reconnaître l’amour sous sa forme humaine et banale quand on se berce des récits de Dante et qu’on a pour référence la passion de Paolo et Francesca ? C’est là toute l’histoire de cette jeune Sarde que je ne vais pas révéler mais qui s’achève par un coup de théâtre final lorsque la narratrice trouve le journal personnel de sa grand-mère après sa mort.

Au final, c’est une très jolie découverte que ce petit récit qui a reçu, mardi 19 juin 2007, le prix Relay du Roman d’Evasion et c’est une auteur à ne pas perdre de vue.
_________________
Message 28/08/2007 14:27:42
 
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 28/08/2007 14:27:42
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

Il y a quelque chose de très juste : comment concilier le concret avec ce que l'on a lu des exaltations des poètes et autres écrivains, récits et les aspirations rêvées, les idées d'absolu....

dis donc son premier roman a l'air intriguant également !

Mais là, d'après ta critique, introspection, humour et émotion ont l'air de se confronter ou s'harmoniser... tu as raison c'est visiblement un auteur à découvrir !
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 28/08/2007 14:47:53
  Visiter le site web du posteur
Domino
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 3 371
Localisation: Bordeaux
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

enora, moi je lis l'italien ! donne-moi le lien de la page qui t'intéresse !

Domino
_________________
Il faut être économe de son mépris ... il y a tant de nécessiteux.
Message 28/08/2007 15:18:19
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

merci Bizou

http://www.circolodeilettori.it/modules.php?name=News&file=print&si…

Mercoledì 26 aprile alle 19,00 al Manamanà di P.zza Savoia a Cagliari, Milena Agus incontra mieleamaro e presenta Mentre dorme il pescecane Ed. Nottetempo.
"La Agus utilizza una lingua nuova, comica e potente per raccontare la storia di una famiglia, sarda "sin dal paleolitico superiore", padre, madre, figlio, figlia, zia e nonna. Si parla molto di amore, e si parla molto di sesso, e di morte, e di Dio, di cui non si riesce mai a decidere se c'è o non c'è, se vuole o non vuole, e della vita, che è come stare in bocca a un pescecane, che a volte si addormenta, e allora, se hai fortuna, riesci a sgusciarne fuori."


Milena Agus: se Nottetempo un pescecane...
di Marco Caschili

Milena Agus vive a Cagliari, dove insegna italiano e storia in un istituto superiore tecnico-professionale. Ha un figlio che studia pianoforte a Parigi. Alcune case editrici sarde hanno pubblicato suoi racconti. Ora la casa editrice Nottetempo pubblica il suo primo romanzo, Mentre dorme il pescecane, che è velocemente giunto alla seconda edizione. L'abbiamo incontrata per chiederle la genesi di questo volume che viene presentato così dalla casa editrice: "Questo romanzo di una scrittrice esordiente è una vera, felice sorpresa. Una lingua nuova, comica e potente, per raccontare la storia di una famiglia, la famiglia Sevilia Mendoza, sarda sin dal Paleolitico superiore, padre, madre, figlio, figlia, zia e nonna. Chi narra è la figlia che ama un uomo sposato dai gusti perversi (detto il sardo-maso), ma di amore si parla molto, e si parla molto di sesso, e di morte, e di Dio, di cui non si riesce mai a decidere se c'è o non c'è, se vuole o non vuole, e della vita, che è come la bocca di un pescecane, che a volte si addormenta, e allora, se hai fortuna, riesci a sgusciare fuori. Una storia originale, un modo di raccontare che non assomiglia a nessuno. Una rivelazione". Se volete, qui potete leggere le prime pagine del romanzo.
_________________
Message 28/08/2007 16:20:06
 
Domino
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 3 371
Localisation: Bordeaux
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

Voilà une tentative de traduction ! Mon italien est un peu rouillé et j'ai pas mal bataillé pour traduire certaines tournures. J'espère avoir au moins restitué le sens du texte et ne pas avoir fait de contresens !

Tandis que dort le requin

Mercredi 26 avril à 19h au Manamanà Piazza Savioà à Cagliari, Milena Agus rencontre *Miel amer  et présente Tandis que dort le requin Editeur Nottetempo

*Miel amer est une association culturelle, un cercle de lecteurs

« Milena Agus utilise une langue neuve, comique et puissante pour raconter l'histoire d'une famille sarde «depuis le paléolithique supérieur», père, mère, fils, fille, tante et grand-mère. On parle beaucoup d'amour, on parle aussi beaucoup de sexe et de mort, et de Dieu dont on ne parvient pas à savoir si il est là ou pas, de ce qu'il veut et de ce qu'il ne veut pas, et de la vie qui est comme être dans la gueule d'un requin, qui parfois s'endort, et alors avec un peu de chance, on peut réussir se faufiler dehors »

Milena Agus vit à Cagliari, où elle enseigne l'italien et l'histoire dans un Institut Technico-professionnel Supérieur. Elle a un fils qui étudie le piano à Paris. Plusieurs maisons d'éditions sardes ont publié ses récits. Aujourd'hui, la maison d'édition Nottetempo publie son premier roman  Tandis que dort le requin , qui rapidement a dû être réédité. Nous l'avons rencontrée pour l'interroger sur la génèse de ce livre qui est ainsi présenté par la maison d'édition : « Ce roman d'un nouvel auteur est une vraie, une heureuse surprise. Une langue neuve, comique et puissante pour raconter l'histoire d'une famille, la famille Sevilia Mendoza, sarde depuis le Paléolithique supérieur, père, mère, fils fille, tante et grand-mère. Celle qui raconte est la fille qui aime un homme marié aux goûts pervers (dit le sardo-maso), mais d'amour on parle beaucoup, et on parle aussi beaucoup de sexe et de mort, et de Dieu dont on ne parvient pas à savoir si il est là ou pas, de ce qu'il veut et de ce qu'il ne veut pas, et de la vie qui est comme être dans la gueule d'un requin, qui parfois s'endort, et alors avec un peu de chance, on peut réussir se faufiler dehors . Une histoire originale, une façon de raconter qui ne ressemble à personne. Une révélation.

La dernière ligne du texte invite le lecteur à cliquer pour lire les premières pages du roman.

Domino
_________________
Il faut être économe de son mépris ... il y a tant de nécessiteux.
Message 28/08/2007 17:50:59
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

merci beaucoup Bisoux
donc il y a eu une erreur de traduction sur wilkipedia! Laughing
son p^remier roman n'a pas été retiré mais réedité!
_________________
Message 28/08/2007 19:16:15
 
Domino
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 3 371
Localisation: Bordeaux
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

Ah pour ça, je suis sûre, la traduction ne fait aucun doute : Smile

Domino
_________________
Il faut être économe de son mépris ... il y a tant de nécessiteux.
Message 28/08/2007 19:58:47
 
jojo
Favorite de Platine

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2006
Messages: 3 057
Localisation: Grande Bibliothèque
MILENA AGUS, Mal de Pierres  Répondre en citant  

J'ai dévoré ce livre d'une traite,
C'est un vrai petit bijou comme une pierre précieuse
lisez le
Message 16/10/2007 16:47:00
 
Contenu Sponsorisé





MILENA AGUS, Mal de Pierres    

Message 18/08/2017 03:59:18
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 18/08/2017 03:59:18
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell