FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
The boy I love - Marion Husband
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Petites chroniques VO

Author Thread
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Résumé :

A tangled web of love and betrayal develops when war hero Paul returns from the trenches. He finds himself torn between desire and duty, his lover Adam awaits but so too does Margot, the pregnant fiancée of his dead brother. Set in a time when homosexuality was still illegal, Paul has to decide where his loyalty and his heart lie.

Mon avis :

Au début du Xxe siècle, la loi considérait l’homosexualité comme un crime passible d’emprisonnement. Au-delà du cadre légal de la répression, dans le quotidien des hommes, les comportements ouvertement réfractaires étaient courants et les homosexuels étaient fréquemment victimes de traitements odieux et cruels. Ainsi menacés, à la fois par la législation et la bêtise humaines, ils se rencontraient et s’aimaient dans la clandestinité. Il suffit pour se représenter l’image de la société de cette époque de se replonger dans l'atmosphère du formidable film de James Ivory « Maurice », dont l'action se déroule en Angleterre à la veille de la première guerre mondiale, dans cette même société victorienne coincée et rigoriste sur laquelle pèsent les convenances.

C’est dans ce contexte difficile que Paul Harris et Adam Mason se rencontrent et s'aiment dans la petite ville de Thorp, située entre Durham et York, en plein coeur de l'Angleterre. Adam est professeur dans une école, tandis que Paul vient de commencer sa 1ère année de médecine, espérant succéder à son père. Ses ambitions, s'il en jamais eues, sont brutalement anéanties par l'annonce de la guerre. Paul s'engage, et c'est un homme totalement différent, hanté, qui reviendra du front.

Blessé par un obus, il perd un oeil et revient marqué dans sa chair. Mais les blessures de son âme sont bien plus profondes et nous les découvrons peu à peu, alors que l’auteur lève lentement le voile sur ce que Paul a vécu à la fois dans son enfance, et dans les tranchées. Au style nostalgique et poétique de l’auteur se mêlent alors la crudité et le réalisme de scènes de guerre qui vous lacèrent le cœur, au rythme du fredonnement lancinant et moqueur de « The boy I love » inlassablement siffloté par Jenkins, le tortionnaire de l’enfance, le cauchemar de Paul.

Rongé par le souvenir, Paul est comme vidé de sa substance. Mais les principes ont la vie dure, et son honneur lui interdit de laisser Margot, la jeune fiancée de son frère mort, affronter seule la honte de sa grossesse. Partagé entre le devoir et l’amour, il va très vite choisir d’épouser Margot, prenant le parti de continuer à rencontrer son amant de manière fugace et insatisfaisante. Cette noblesse de comportement ne lui attirera aucune sympathie puisqu’elle restera secrète, et le mépris du Révérend Whittaker, le père de Margot, demeurera intact.

D’autres portraits touchants gravitent autour de Paul et Margot. Et l’un de ceux qui m’a le plus marquée est celui de Mick Morgan, amputé des deux jambes, qui refuse de rester cloitré comme le voudraient les citoyens bien pensants. Car à l’époque, si on enfermait les homosexuels, on cachait aussi les infirmes. Ecorché vif, il essaye de trouver un sens à sa jeune vie, égratignant au passage quelques sensibilités. Il trouve d’abord refuge dans l’alcool, mais ce soutien éphémère n’apporte finalement qu’amertume. Son salut, il le devra à Hetty Roberts, la jeune femme qui travaille dans la boucherie de son frère Patrick. Hetty, aveuglée par la beauté de Patrick, regarde à peine cet infirme qui la dévore des yeux. Mais Patrick est secrètement amoureux de Paul, son lieutenant durant la guerre, et n’a que faire de cette attirance féminine encombrante. Alors il va doucement la pousser dans les bras de son frère. Hetty va découvrir en Mick l’homme qu’elle croyait voir en Patrick et la description de cet amour naissant, des difficultés qu’ils rencontrent à cause de l’infirmité de Mick est parfaite dans sa simplicité.

Je pourrais continuer la galerie de portraits avec la mère de Hetty, qui vit dans le souvenir de son fils porté disparu, avec le père de Hetty qui depuis s’abîme dans le mauvais alcool. Je devrais aussi parler de Dr Harris, le père le Paul, si touchant dans la façon discrète dont il aime son fils. Et surtout Patrick, follement amoureux, qui reste dans l’ombre, déchiré par la passion qui l’habite, et lié à Paul par le secret qui le ronge. The boy I love, there he is, can't you see, smiling from a balcony…

Difficile de faire ressentir toute la sensibilité, la poésie et l'émotion du style de l'auteur. Difficile aussi de faire ressentir toute la tendresse qu'elle ressent pour les personnages auxquels elle donne vie. Sachez cependant que si vous prenez le risque d'ouvrir ce livre, je suis persuadée que vous aurez tout comme moi beaucoup de difficulté à le reposer. C’est un livre qui vous happe, prend possession de vous et ne vous lâche pas, même après les derniers mots. Et je vous confesse que je ne l’avais pas encore terminé lorsque je me suis précipitée pour aller me procurer sur internet, non seulement sa suite intitulée «paper moon » (l’histoire de Bobby, le fils de Margot et Paul), mais aussi un autre titre de l’auteur « Say you love me » (l’histoire d’enfants sexuellement abusés par leurs parents). The boy I love restera sans aucun doute une de mes meilleures découvertes de l’année.

DiabCoeur DiabCoeur DiabCoeur DiabCoeur DiabCoeur
Message 09/09/2007 10:10:53
 
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 09/09/2007 10:10:53
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

bon sang qu'est ce que j'aie envie de le lire ! Emu
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 09/09/2007 11:50:10
  Visiter le site web du posteur
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Tu ne regretteras pas de le lire Marnie. Pour l'instant, je ne pense pas t'avoir encore orientée sur des coups foireux... on doit avoir pas mal de goûts en commun. Alors s'il te fait envie, je te le prête. Tu me dis si ça t'intéresse. Et si tu as envie de lire la suite (qui je pense au vu des critiques est au moins aussi bonne, sinon meilleure), on peut aussi envisager que je te les adresse tous les deux en même temps, mais dans ce cas, il faudra déjà attendre que je la reçoive de amazon (et accessoirement que je la lise Laughing )
Message 09/09/2007 15:50:46
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

je vais donc attendre (je suis submergée .... de livres ! Laughing ) merci et je ne dirai pas non !
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 09/09/2007 15:53:54
  Visiter le site web du posteur
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Alors vendu ! Wink
Message 09/09/2007 15:56:24
 
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Amazon vient de m'annoncer que la livraison de Paper moon et de Say you love me serait retardée. J'espère qu'ils ne vont pas me faire le même coup qu'avec Nothing sacred que j'ai commandé en mars 2007... et que je n'ai toujours pas reçu !
Message 26/09/2007 08:38:15
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Editeur : Accent Press


Avis de Marnie

Troublante expérience que ce roman où l’on trouve l’amour sous toutes ses formes, mais où culpabilité est le sentiment qui relie tous les personnages, et le rejet, celui qui les séparera. La réflexion est si vraie, si profonde, et si désespérée que l’on comprend pourquoi Marion Husband a reçu le Andrea Badenoch Award, pour cette œuvre.

Nous sommes dans l’Angleterre post-victorienne de 1919. Même si les femmes commencent à travailler ou fumer, les carcans de la société sont toujours aussi rigides. Une femme non-mariée ne peut accoucher sans qu’on lui jette l’opprobre, et l’homosexualité, considérée comme une perversion, est passible de prison. C’est dans ce contexte que Paul Harris, très beau jeune homme, mais ayant perdu un œil à la guerre, revient chez son père qui l’aime d’un amour profond et protecteur. Par un de ces bizarres hasards de l’existence, Robbie, son frère aîné, qui s’était engagé dans l’armée par goût et envie avant le début des hostilités, a survécu au danger, pour succomber quelques jours après l’armistice dans un accident de la route. Paul, traumatisé et hanté par des souvenirs horribles, a retrouvé l’amant de ses seize ans, Adam, et vit cette relation compliquée dans la clandestinité, n’ayant plus la force de se demander ce qu’il souhaite faire du reste de son existence. C’est là qu’il apprend que, Margot, la fiancée de son frère est enceinte et ne peut, vis-à-vis de la société assumer seule cette grossesse. Il lui propose donc de l’épouser. Pour lui, la solution est simple, cela lui permet de vivre une relation normale avec une femme qui n’exigera pas tout de lui, tout en poursuivant deux ou trois fois par semaine sa liaison avec celui qui est en quelque sorte son meilleur ami, et qui lui a trouvé un travail, celui de professeur, pour lequel il n’éprouve aucune vocation. Il garde donc une sorte d’équilibre, sur le fil du rasoir.

Parallèlement, Patrick Harris, grand, beau et massif, boucher dans les bas quartiers, est lui aussi revenu de la guerre et prend soin de son frère jumeau, Mick, qui a perdu deux jambes dans les tranchées, et vit très mal cette infirmité. Elsie, la jeune vendeuse de la boutique, se sent attirée par son patron qui semble ne même pas la remarquer… et pour cause, Patrick est homosexuel… et fou amoureux d’un homme qu’il observe de loin. C’est ainsi que la situation va peu à peu sombrer dans le chaos. Si, certains semblent pleins de bonnes intentions, ils vont être rattrapés par la réalité…

Il est difficile d’être plus traumatisé que Paul… rongé par une chose affreuse qu’il a faite, pris dans une toile d’araignée ou tous ses choix et actions sont mal interprétés. Le jugement et le regard des autres sont les clés de cette société qui vit d’apparences et de non-dits ; ainsi le père de Margot, le pasteur, qui pense avoir des raisons de mépriser son gendre, ou Adam, qui condamne le mariage de son amant, ou encore Margot, qui n’arrive pas à se rapprocher de son mari qui lui semble lointain, passif et fuyant… Paul mange peu, devient de plus en plus faible, le symbole de sa fausseté se portant sur son visage : son œil de verre que tout le monde regarde, et ce souvent avec horreur.

Il est vrai qu’en 1920, il n’est pas normal d’arborer les stigmates des conséquences de la guerre. Le monde est en reconstruction, les gens souhaitent oublier les conflits et les horreurs subies. C’est ainsi que dès que Mick sort en fauteuil roulant, on le regarde plus avec colère qu’avec pitié… Quand il n’est pas traité de monstre, on détourne les yeux pour ne plus le voir, espérant qu’un être comme lui reste terré chez lui. Quant aux conséquences psychologiques, il n’en est même pas question. Personne ne comprend ces jeunes gens désaxés, sauf d’autres comme eux… Paul a fui tous ses souvenirs qui reviennent chaque nuit sous forme de cauchemars, qu’il ne peut maîtriser. Il trouvera avec l’aide d’un autre homme, la force de faire face à ce qu’il a vécu, ce qu’il a supporté, et ce qu’il a causé.

Mais si dans les tranchées, les hommes, qu’ils soient hétérosexuels, homosexuels, venant de milieux aisés, ou prolétaires, riches ou pauvres, faibles ou courageux, étaient tous égaux, les barrières sociales, culturelles, sexuelles, sont bien présentes en 1920. Chacun doit retrouver sa place bien définie et ne pas en bouger. Il n’est pas possible de vivre autrement dans cette société cloisonnée ou tout ce qui est différent est impitoyablement rejeté, ou il n’est pas possible de se mésallier sous peine d’ostracisme.

Comment ne pas étouffer sous ce poids d’obligations et de devoirs lorsque l’on est entravé par ses propres besoins ? Paul, totalement impuissant, désespéré devant le malheur qu’il provoque, enchaîné à ses souvenirs mais aussi aux êtres auxquels il tient, est un personnage d’une sensibilité rare. Il prend de telles responsabilités sur ses épaules, qu’il ne se rend compte ni de son courage, ni du besoin viscéral qu’il a de se libérer enfin de la condamnation et de l’oppression qui ont gâché sa vie depuis tant d’années. Mais existe-t-il une solution pour vivre seulement en paix avec lui-même ?

C’est donc un roman aux multiples contrastes et facettes ou personne n’a ni raison ni tort, n’est ni méchant ni mauvais : ils font des choix… et se trompent. Ce sont seulement des êtres humains, qui ne se comprennent pas, ne pouvant réellement communiquer, perdus entre leurs amours, aspirations, besoins et devoirs, créant leur propre malheur ou celui des autres, sans l’avoir souhaité, succombant physiquement à leurs passions mais dans le moment présent, parce qu’il n’y a pas d’avenir.

Marion Husband nous parle en fait d’histoires universelles, dans un style fluide, simple mais si profond, si tendu, que nous subissons presque de plein fouet, la violence des sentiments des protagonistes du roman, et restons captivés par la force et l’accablement des héros qui ne trouvent aucune issue à leur amour mais ressentent au plus profond d’eux-mêmes cette passion charnelle qui les fait exister intensément pendant quelques minutes. C’est un roman impressionnant quant à l’émotion tragique qui s’en dégage, suffoquant quant à la pression sociale menaçante, et surtout… qui ne se laissera pas oublier. A ne pas manquer !

DiabCoeur DiabCoeur DiabCoeur DiabCoeur
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 02/11/2007 20:05:41
  Visiter le site web du posteur
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Maintenant, je suis curieuse de connaître ton avis sur la suite ! Laughing Et surtout, tu me diras ce que tu penses à propos de Mick Morgan. Si la destinée du héros m'a beaucoup touchée, c'est celle de Mick Morgan qui m'a le plus étonnée et attristée. Je ne m'attendais pas du tout à ce que Marion Husband a fait de lui...
Message 03/11/2007 14:08:12
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

ohhhh ne dis pas ça... c'est mon personnage préféré ! Cry/Very sad
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 03/11/2007 17:12:35
  Visiter le site web du posteur
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
The boy I love - Marion Husband  Répondre en citant  

Eh bien tu vas découvrir de nouvelles facettes à son personnage. Sad
Il est toujours aussi fascinant, mais profondément changé. On en reparlera ! Wink
Message 04/11/2007 22:38:58
 
Contenu Sponsorisé





The boy I love - Marion Husband    

Message 18/08/2017 03:51:02
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 18/08/2017 03:51:02
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell