FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
Eloisa James
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Romances VO

Author Thread
callixta
Courtisane d"Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 719
Localisation: auxerre
Eloisa James  Répondre en citant  

Et une petite interview en vo dans un premier temps. Pour celles qui connaissent Eloisa James, qui est traduite régulièrement en France!
Elle est très sympa en plus, son petit mot accompagnant ses réponses est charmant.












The combination of gravity and lightness in your novels is particularly well-knit. Thus, in “the taming of the duke”, there are hilarious scenes but alcoholism, this so painful issue, is also tackled. Almost all your books have this double aspect. Is it necessary for you to mix painful and light elements ?

Eloisa James : I do think that it’s necessary to mix painful and light. A reader, by picking up a novel, is asking to see a little slice of someone’s life. Well, a life that’s just good and happy and absolutely perfect is 1) boring and 2) envy-inducing. But reading about a life in which the characters overcome problems that are real and perhaps echo something in the reader’s own life can be a deeply satisfying experience.

Onirik : Your books are often enriched with substantial subplots : the story of Esmée livens up several novels of “the duchess quartet” and so does the story of Griselda in « the Essex sisters ». Why do you attach so much importance to secondary characters and how could you define those who will take part in this subplot ?

Eloisa James : In order to create a series of books, I have to create a whole world. The problem with that is that I really start liking various characters and I want to know more about them. In the case of Esme, for example, she simply turned herself into a very important character as I wrote her. Griselda got funnier and funnier until I had to match her up. Yet I can’t write hundreds of novels in one series – so I end up with secondary romances and subplots. Affair Before Christmas (my November publication) is slightly different – the subplot has to do with a continuing character, but he doesn’t fall in love ! I hope he will have his own book someday (and if you read Desperate Duchesses, that character is the Duke of Villiers).

Onirik : It isn’t love at first sight very often in your novels. The characters usually learn to know and love each other while changing a lot and giving their own selves much thought. Is this evolution of the main characters what you are really interested in ?

Eloisa James : Yes, exactly. I don’t trust love at first sight very much. In my next book, Affair Before Christmas, the hero and heroine fell in love pretty much at first sight, and married thereafter. The book starts five years later, when their marriage is in ruins. Marriage is a tough business – and truly loving someone is a hard-won battle, I think. True love looks past the surface and into the heart – and you don’t see the heart at the first meeting.

Onirik : You dare to depict flawed characters : they may be selfish, ambitious, drunken…is it a way of making them more human ?

Eloisa James : To me they are human. Before I start writing a book, the characters live in my mind for months and even years – picking fights, laughing, eating, doing normal things. Those conversations may never appear in the book, but I know an awful lot about each character before he or she goes on paper.

Onirik : You are both a lecturer at New York University and a writer. How can you manage these two time-consuming careers ?

Eloisa James : Being a professor is actually a pleasure. I teach Shakespeare, which means that I teach texts in which people from the 17th century talk and walk about. That is an immeasurable benefit to me when it comes to writing my novels. I teach conversations – often about love, since it’s Shakespeare – and I go home and write conversations. The only problem has to do with time. Right now, I’m director of the graduate program at my university. That’s a lot of administrative work, since we have an M.A. and a Ph.D. program. But I have a great, helpful husband, and somehow we muddle through.

Onirik : You are a specialist of Shakespeare and you often refer to this great playwright in your novels. Has your desire to write been triggered off by his plays ? Could you choose Elizabethan England as historical background ?

Eloisa James : I think I actually know too much about Elizabethan England to think of it as a very sexy place. I like putting my imagination to work in a historical period about which I don’t know so much. I learned an enormous amount about the Georgian period when writing my new series, and that was fun.

Onirik : You know Europe very well, in particular Italy and I guess France. Do you fancy setting one of your novels there ?

Eloisa James : Affair Before Christmas opens in Paris ! I adore Paris and lived there for a year when I was young. We try to go back every year (we’re in Florence for three months in the summer). I’ll paste the first few paragraphs from my new book below.

Preface

Saint Germain des Près
Paris, 1779
Ice hung from window sills with a glitter that rivaled glass, and new snow turned the sooty streets to rivers of milk. Looking at the city from the bell tower of Saint Germain, the Duke of Fletcher could see candles flaring in store windows, and though he couldn’t smell roasting goose, holly leaves and gleaming berries over doors signaled that all of Paris had turned its mind toward a delicious banquet of gingerbread and spice, of rich wine and sugared cakes. An ancient joy shone in passerby’s eyes and spilled from children’s laughter. Magic sang in the wild peals of church bells that kept breaking out first in one church and then another, in the way each sprig of mistletoe sheltered sweet kisses. It was Christmas… It was Christmas in Paris, and if there was ever a city made for love, and a season made to enjoy it in, the two of them together were as intoxicating as the strongest red wine.


In fact, philosophers have argued for years whether it is possible to be in Paris and not fall in love…if not with a ravishing woman, then with the bells, with the bagettes, with the gleam of the illicit that touches every heart, even those of proper English noblemen. The duke would have answered that question without hesitation. He had thrown away his heart after one glance at Notre Dame, had succumbed to the siren call of delicious food after one bite of French bread, and had finally – absolutely – irrevocably – fallen in love with a young and ravishingly beautiful member of the opposite sex.


From where Fletch stood in the bell tower, Ponte Neuf leapt the Seine in a voluptuous curve, and all Paris shimmered below him, a forest of spires and roofs, dusted with snow. Every gargoyle sported a long silver nose. Notre Dame floated queen-like above the other more narrow and anxious spires that seemed to beg for God’s attention. The Cathedral ignored such slender anxieties, counting herself more beautiful, more devoted, more luxurious than the others. Christmas, she seemed to say, is mine.

Onirik : The series that is being published in France at the moment is « the Essex sisters » and particularly « kiss me Annabel ». You have not hesitated to make of her an ambitious and perhaps a little unpleasant heroine at the beginning. What can you tell us about her and the book devoted to her ?

Eloisa James : Annabel is very ambitious – but it’s an ambition born of desperation. I think we can all imagine that. She’s very beautiful, and in her time period, every instinct and custom drives her to trade that beauty for a rich husband, so that she can support her three penniless sisters. When she finds herself inadvertently married to a man she thinks to be as poor as a church mouse… well, it’s not fair ! I love Annabel ; I hope you do as well.

Onirik : I have already read the last volume of the series « the Essex sisters » but French readers don’t know them yet. Could you introduce these last two volumes to us ?

Eloisa James : The last two volumes are the stories of the last two Essex sisters, Imogen and Josie. Imogen has hard a difficult few years, as you know if you read the first book in this series. So it took her a while to get through grief and be ready to fall in love again – but she does it with great joy when it happens. Josie is one of my favourite heroines of all time (though I suppose I shouldn’t pick favourites)—and I love her story. She’s a bit plump, very funny, and falls in love with all the clear-eyed irony of a Jane Austen heroine. I do hope you enjoy her.

Onirik : Your next series will be composed of six volumes. The presentation you make of it is very attractive ! Georgian desesperate housewives ! How puzzling ! I can’t wait to know what you mean !

Eloisa James : Well…think about duchesses who are married – and the marriage isn’t going that well. The Georgian period was a much wilder period than the Regency period. Women moved to Paris and lived on their own ; they had flagrant lovers and affaires ; they basically lived an amusing and decadent life. It’s a really fun series !
_________________
They'd had rough sex, kinky sex, silly sex, deliciously nasty sex. And then, God help her, they'd made love. ( Isobel Lambert, Ice Storm, Anne Stuart)
Message 02/10/2007 23:04:31
 
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 02/10/2007 23:04:31
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Eloisa James  Répondre en citant  

Elle a l'air sympa, chaleureuse, contente d'être interviewée... et en plus, en prime, on a droit à un extrait de son prochain roman.... LE PIEDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD !!!!!! :ange2 Super
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 03/10/2007 08:04:09
  Visiter le site web du posteur
callixta
Courtisane d"Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 719
Localisation: auxerre
Eloisa James  Répondre en citant  

A chaque fois elle me dit à quel point elle aime l'Europe et en particulier la France ( elle y a passé un an) et l'Italie ( elle est mariée avec un Italien).
En tous cas, les auteurs sont souvent simples et chaleureuses et j'adore leur poser des questions!
_________________
They'd had rough sex, kinky sex, silly sex, deliciously nasty sex. And then, God help her, they'd made love. ( Isobel Lambert, Ice Storm, Anne Stuart)
Message 03/10/2007 09:21:08
 
laetitia
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 4 313
Localisation: Cergy
Eloisa James  Répondre en citant  

What a lovely interview Callixta, warm fuzzy funny !! Eloisa James seems a wonderfully lady !!

Oups J'ai écrit en anglais Laughing but I'm sure you all understood me !!!! Laughing
_________________
Message 03/10/2007 09:27:37
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Eloisa James  Répondre en citant  

On a l'impression que c'est une interview orale retranscrite sur le papier tellement les questions /réponses s'enchainent avec fluidité, dans la confidence, dans la confiance ! je vous imagine presque ,Callixta et elle, autour d'une tasse de thé Smile
je la trouve vraiment chaleureuse cette auteur et donner un extrait de son prochain bouquin c'est sympa!
bravo et merci à toi Callixta ! Clap

dis moi, le livre non traduit qui parle de Josie s'appelle comment ?
_________________
Message 03/10/2007 11:47:52
 
callixta
Courtisane d"Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 719
Localisation: auxerre
Eloisa James  Répondre en citant  

Il s'appelle "pleasure for pleasure".
C''est l'un de mes préférés aussi! C'est une héroïne jeune , avec un écart d'âge avec le héros ( une douzaine d'année, de mémoire). Il l'a connu très jeune, elle est un peu enrobée ou se sent comme telle et il va lui redonner confiance en elle, au départ par pur altruisme. Il y a une scène où il explique comment une femme doit marcher pour séduire lorsqu'elle porte un certain type de robe ou encore des conseils sur le port du corset ou non qui sont absolument désopilants et adorables.
Le héros de ce livre est en plus un personnage que l'on découvre dans le dernier tome de la série précédente et que l'on voit dans tous les romans qui précèdent. Quand tu le retrouves, tu as l'impression que c'est une vieille connaissance et tu es tout émue de le voir trouver enfin le bonheur! Bisous
_________________
They'd had rough sex, kinky sex, silly sex, deliciously nasty sex. And then, God help her, they'd made love. ( Isobel Lambert, Ice Storm, Anne Stuart)
Message 03/10/2007 11:57:23
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Eloisa James  Répondre en citant  

je crois que je vais commencer à découvrir cette auteur par ce livre alors! merci Bizou
( quand ma lecture en Vo deviendra moins asthmatique je prendrai la série par le début ! Laughing )
_________________
Message 03/10/2007 12:08:07
 

Favorite de Platine

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 4 062
Eloisa James  Répondre en citant  

Nora, je vais te faire plaisir, j'ai des Eloisa James en Fr Wink

Bravo pour ton interview Callixta!!! Elle est rondement menée Super
Message 03/10/2007 12:11:27
 
callixta
Courtisane d"Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 719
Localisation: auxerre
Eloisa James  Répondre en citant  

Merci les filles! Smile
Merci Laetitia en particulier pour son petit mot en anglais!!
On reste dans le ton comme ça. Je vais le traduire mais je pense, qu'ici, ce n'est pas vraiment nécessaire!
_________________
They'd had rough sex, kinky sex, silly sex, deliciously nasty sex. And then, God help her, they'd made love. ( Isobel Lambert, Ice Storm, Anne Stuart)
Message 03/10/2007 12:29:07
 
callixta
Courtisane d"Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 719
Localisation: auxerre
Eloisa James  Répondre en citant  

Et voici la même chose en français!


question et traduction de Callixta


Onirik : Ce que je trouve particulièrement réussi dans vos romans, c’est le mélange de sérieux et de gravité qu’on y trouve : ainsi dans The taming of the duke, il y a des scènes très drôles mais le douloureux problème de l’alcoolisme est aussi abordé. Presque tous vos livres ont ce double aspect. Est-ce pour vous nécessaire de mélanger ainsi le douloureux et le léger ?

Eloisa James : je pense vraiment qu’il est nécessaire de mélanger ce qui est douloureux et ce qui est léger. Le lecteur quand il choisit un roman demande à voir la petite tranche de vie de quelqu’un. Et bien, une vie qui serait heureuse, belle et absolument parfaite serait, premièrement, ennuyeuse et deuxièmement l’objet de jalousie. Mais lire les évènements d’une vie dans laquelle les personnages dépassent leurs problèmes réels qui peuvent peut être rappeler ceux que le lecteur rencontre dans sa propre vie est une expérience profondément satisfaisante.

Onirik : vos livres sont souvent enrichis d’intrigues secondaires très étoffées. Ainsi l’histoire d’Esmée anime plusieurs romans de The duchess quartet ou l’histoire de Griselda dans The Essex sisters. Pourquoi accordez vous une telle importance aux personnages secondaires et comment définissez vous ceux qui vivront une intrigue secondaire.

Eloisa James : pour créer une série de livres, je dois créer tout un monde. Le problème qui se pose alors, c’est que je commence alors à m’attacher aux différents personnages et que je veux en savoir plus sur eux. Dans le cas d’Esmée, par exemple, elle est simplement devenue un personnage important en cours d’écriture. Griselda est devenue de plus en plus amusante à tel point que j’ai dû lui trouver un partenaire. Cependant je ne peux pas écrire des centaines de romans en une seule série, donc je mets fin aux relations amoureuses annexes et aux intrigues secondaires. Affair before christmas, (mon prochain livre sortant en novembre) est légèrement différent. L’intrigue secondaire comprend un personnage récurrent mais il ne tombe pas amoureux ! J’espère qu’il aura son propre roman un jour (et si vous avez lu Desperate duchess, ce personnage est le Duc de Villiers).

Onirik : il y a peu de coups de foudre dans vos romans. Les héros apprennent souvent à s’apprécier et à s’aimer en changeant beaucoup et en réfléchissant beaucoup sur eux mêmes. Est-ce que ce qui vous intéresse est justement cette évolution des personnages principaux ?

Eloisa James : oui, c’est tout à fait cela. Je ne crois pas au coup de foudre. Dans mon prochain livre, Affair before Christmas, le héros et l’héroïne sont plutôt tombés amoureux sur un coup de foudre puis se sont mariés. Le livre commence cinq ans plus tard, quand leur mariage est presque détruit. Le mariage est un affaire difficile et aimer sincèrement une autre personne est une bataille dure à gagner, je pense. L’amour véritable n’est pas basé sur les apparences mais sur le cœur et vous ne le voyez pas à la première rencontre.

Onirik : vous n’hésitez pas à décrire des personnages imparfaits : ils peuvent être égoïstes, buveurs, ambitieux… Est-ce une façon de les rendre plus humains ?

Eloisa James : pour moi, ils sont humains. Avant que je débute un récit, les personnages existent dans ma tête pendant des mois voire des années. Ils se battent, rient, mangent, agissent normalement. Ces détails peuvent ne jamais apparaître dans le livre mais j’en sais terriblement long sur chacun des personnage masculin ou féminin avant qu’ils ne soient couchés sur le papier.

Onirik : vous êtes à la fois professeur d’université à New York et écrivain. Comment trouvez vous le temps de mener de front deux carrières aussi prenantes ?

Eloisa James : être professeur est un vrai plaisir. J’enseigne Shakespeare ce que qui signifie que je disserte sur des textes et des personnes qui parlent et vivent au dix septième siècle. Cela m’apporte un plus incommensurable quand j’écris mes romans. Je parle de dialogues qui parlent souvent d’amour puisqu’il s’agit de Shakespeare et je rentre à la maison pour écrire des dialogues parlant d’amour. Le seul problème que cela pose, c’est le temps. Pour le moment je dirige le cycle d’enseignement de mon université. Cela entraîne beaucoup de paperasses administratives puisque nous avons un Master et un Doctorat. Mais j’ai un mari génial et qui m’aide beaucoup et de cette façon nous nous débrouillons !

Onirik : vous êtes une spécialiste de Shakespeare et vous faites fréquemment référence à ce grand auteur dans vos romans. Ses pièces ont elles inspiré votre choix d’écrire ? Pourriez vous choisir la période élisabéthaine comme cadre historique ?.

Eloisa James : je pense que je connais vraiment trop la période élisabéthaine pour y voir un cadre sexy. Je préfère mettre mon imagination au travail sur une période historique que j’appréhende moins bien. J’ai appris énormément de choses sur la période géorgienne en rédigeant ma nouvelle série et j’ai beaucoup apprécié.

Onirik : vous connaissez bien l’Europe et notamment l’Italie et, je crois aussi, la France. Avez vous eu déjà envie d’y situer l’un de vos romans ?

Eloisa James : Affair before Christmas commence à Paris ! J’adore Paris et j’y ai vécu pendant un an quand j’étais jeune. Nous essayons d’y retourner chaque année (nous passons trois mois à Florence, à chaque été). J’ai joint le premier paragraphe de mon nouveau livre ci-dessous :

Prologue

Saint Germain des Prés

Paris 1779,

La glace pendait des rebords des fenêtres avec un scintillement qui rappelait celui du verre, et la neige transformait les rues noires en rivières laiteuses. Observant la ville depuis le clocher de Saint germain, le duc de Fletcher pouvait voir les bougies qui éclairaient les vitrines et bien qu’ils ne puissent pas sentir l’odeur de dinde rôtie, les feuilles de houx et des baies luisantes sur les portes signalaient que tout Paris avait l’esprit tourné vers un délicieux festin de pain d’épices, de grands vins et de gâteaux glacés. Une joie intemporelle brillait dans les yeux des passants et jaillissait des rires des enfants. La magie chantait dans le joyeux carillon des cloches qui avaient commencé à sonner d’abord dans une église puis dans une autre ainsi que dans la manière dont chaque brin de gui incitait à de doux baisers.

C’était Noël à Paris et s’il n’y avait jamais eu une cité faite pour l’amour et une saison faite pour en profiter, les deux réunis étaient plus enivrantes que le plus puissant vin rouge. De fait, les philosophes avaient débattu pendant des années pour déterminer s’il était possible d’être à Paris et de ne pas tomber amoureux… si ce n’était d’une femme ravissante, c’était du son des cloches, du bon pain français, de cette pointe d’interdit qui touchait tous les cœurs même ceux des aristocrates anglais bien comme il faut. Le duc aurait répondu à cette question sans hésitation. Il avait perdu son cœur après un regard à Notre Dame, avait succombé au chant des sirènes de la délicieuse nourriture après une bouchée de pain français et était enfin, totalement et irrévocablement, tombé amoureux d’un jeune et ravissant membre du sexe opposé.

De là où se tenait Fletcher dans le clocher, le Pont Neuf enjambait la Seine dans une courbe voluptueuse et tout Paris chatoyait sous lui, une forêt de flèches et de toits couverts de neige. Chaque gargouille arborait un long nez d’argent. Notre Dame flottait majestueusement au dessus des autres flèches plus courtes et plus inquiètes, qui semblaient supplier pour obtenir l’attention de Dieu. La cathédrale ignorait de si pauvres inquiétudes, se considérant plus belle, plus pieuse, plus somptueuse que les autres. Noël, semblait-elle dire, est à moi.

Onirik : la série qui est publiée en ce moment en France est The Essex sisters et en particulier Kiss me Annabel. Vous n’avez pas hésité à faire d’elle une héroïne ambitieuse et peut être un peu antipathique au départ. Que pouvez vous nous dire d’elle et du livre qui lui est consacré ?

Eloisa James : Annabelle est très ambitieuse mais c’est une ambition née du désespoir. Je pense que nous pouvons tous comprendre cela. Elle est très belle et à son époque, toutes les habitudes et les coutumes la conduisent à troquer cette beauté contre un riche époux afin qu’elle puisse entretenir ses trois sœurs sans le sou. Quand elle découvre qu’elle se retrouve marié par hasard avec un homme qu’elle pense aussi pauvre qu’une souris d’église… et bien, ce n’est pas juste ! J’aime Annabelle, et j’espère que vous aussi !

Onirik : J’ai déjà lu les derniers tomes de la série the Essex sisters mais les lecteurs français ne les connaissent pas encore. Pouvez vous nous présenter ces deux derniers ouvrages ?

Eloisa James : les deux derniers volumes sont les histoires des deux dernières soeurs Essex, Imogen et Josie. Imogen a eu quelques années très difficiles et vous le savez si vous avez lu le premier livre de la série. Ainsi cela lui prend un certain temps pour dépasser son chagrin et être prête pour retomber amoureuse mais elle le fait avec une grande joie lorsque cela arrive. Josie est l’une de mes héroïnes préférées ( bien que je suppose que je ne devrais pas désigner des favorites) et j’adore son histoire. Elle est un peu ronde, très drôle et tombe amoureuse avec toute la lucidité ironique d’une héroïne de Jane Austen. J’espère que vous l’apprécierez.

Onirik : Votre nouvelle série comportera 6 livres. La présentation que vous en faites est très séduisante ! Des « Desperate housewives » à l’époque géorgienne. Voilà qui est intriguant ! Je suis très curieuse de savoir ce que vous entendez par là ?

Eloisa James : Et bien... imaginez des duchesses mariées et dont le ménage n’est pas heureux. La période géorgienne était plus folle que celle de la régence. Les femmes voyageaient à Paris et pouvaient vivre seules. Elles avaient ouvertement des amants et des liaisons, elle menaient tout simplement une vie distrayante et décadente. C’est vraiment une série amusante.
_________________
They'd had rough sex, kinky sex, silly sex, deliciously nasty sex. And then, God help her, they'd made love. ( Isobel Lambert, Ice Storm, Anne Stuart)
Message 17/10/2007 20:36:20
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Eloisa James  Répondre en citant  

merci! j'ai encore plus de plaisir de la relire en français. j'aime beaucoup ce qu'elle dit sur la façon dont ses personnages vivent en elle avant qu'elle n'écrive leurs aventures
_________________
Message 18/10/2007 07:16:27
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Eloisa James  Répondre en citant  

j'aime bien moi quand elle dit qu'elle ne croit pas au coud de foudre... parce que moi non plus ! Zorro
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 18/10/2007 08:18:02
  Visiter le site web du posteur

Favorite de Platine

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2007
Messages: 4 062
Eloisa James  Répondre en citant  

Comme pour Marnie, je suis d'accord avec sa conception du coup de foudre. Je n'y crois aps non plus. Par ailleurs, j'aime beaucoup ce qu'elle dit sur la perfection, c'est vrai qu'à la longue on s'ennuierai ...
Message 18/10/2007 08:44:49
 
jojo
Favorite de Platine

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2006
Messages: 3 057
Localisation: Grande Bibliothèque
Eloisa James  Répondre en citant  

lon peut être attiré par quelqu'un ça c'est sur mais le coup de foudre je n'y crois pas non plus...
Message 18/10/2007 09:38:06
 
Domino
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 3 371
Localisation: Bordeaux
Eloisa James  Répondre en citant  

Ben, moi j'y crois...un peu au coup de foudre...pour l'avoir connu ! Mais je ne suis pas convaincue qu'on puisse construire quelque chose de durable dessus. Il faut que ce coup de foudre puisse trouver de quoi s'alimenter pour passer le cap de l'émerveillement ! Souvent le coup de foudre ne débouche sur rien, car il est comme un feu paille, ça brûle mais ça ne dure pas. Mais parfois un feu de paille peut aussi déclencher un incendie important...

Domino
_________________
Il faut être économe de son mépris ... il y a tant de nécessiteux.
Message 18/10/2007 09:48:01
 
Contenu Sponsorisé





Eloisa James    

Message 18/08/2017 11:53:35
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  
Aller à la page: 1, 2  >
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 18/08/2017 11:53:35
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell