FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
Katarina Mazetti
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Autres lectures

Author Thread
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Katarina Mazetti  Répondre en citant  



Le mec de la tombe d'à coté , chez Gaïa

Résumé de l’éditeur

Désirée, veuve depuis peu, se rend régulièrement sur la tombe de son mari, mais par acquit de conscience essentiellement... Son mariage tenait plus du « copinage » que du grand amour. Au cimetière, elle croise souvent un homme de son âge, qui vient se recueillir sur la tombe d’à côté, et dont l’apparence l’agace autant que ladite tombe avec sa stèle tape-à-l’œil. Bibliothécaire, Désirée se consacre tout entière à son travail. Quant à Benny, il s’est retrouvé seul à gérer la ferme familiale et ses 24 vaches laitières après le décès de sa mère.

Rien, a priori, ne rapproche ces deux-là, et pourtant, il suffira d’un sourire qui éclate simultanément sur leurs lèvres pour qu’ils soient tous deux éblouis.

C’est le début d’une histoire d’amour assez cocasse !

Avis d’Enora

De bouche à oreille, d’enthousiasme de lecteurs à éloge de bloggeurs, c’est comme ça que ce petit roman plein d’humour et de tendresse s’est taillé un véritable succès auprès du public français.

L’histoire est écrite en alternance par Désirée, bibliothécaire fluette, pâle, toujours habillée de beige et par Benny, agriculteur de trente six ans dont la seule compagnie depuis la mort de sa mère est celle de ses vingt-quatre vaches laitières. C’est à travers leurs ressentis respectifs, leurs espoirs, leur désespoir, que nous allons suivre cette aventure. L’attirance irrésistible qui les pousse l’un vers l’autre les étonne ; lui n’aime que les femmes girondes avec des bourrelets pour s’accrocher (sic !) et elle ne supporte pas les hommes aux habits aussi laids que voyants. Et pourtant entre eux naîtra un amour véritable, sensuel, chacun révélant à l’autre un coté ignoré de sa personnalité. Seulement voilà, un conte de fées peut-il survivre aux préjugées et au fossé qui sépare les catégories sociales ? "Ils étaient super sympas avec le pauvre blaireau de la campagne, ils parlaient très distinctement et traduisaient tout de suite en mots à deux syllabes ceux de quatre… Et une petite bibliothécaire exaspérante m’a demandé ce que les paysans faisaient en hiver. "Tu veux dire pendant l’hibernation des vaches ?" ai-je sifflé et ça a tout de suite refroidi l’ambiance à notre table… » Peut-on vivre avec une femme qui ne sait ni cuisiner, ni faire la lessive quand on a besoin d’une compagne qui aide à la ferme ? Peut-on vivre avec un homme qui traîne avec lui une odeur d’étable et ne lit que les factures quand on est fan de théâtre et d’opéra ? " J’attendais de le voir admettre qu’il avait une âme, lui attendait sans doute qu’un tablier me pousse dans le ventre pendant la nuit ». Chacun analyse l’autre à travers son propre mode de pensées « Il me regarda et je sentis ses longues antennes tâter mon visage. Oui, il est sensible aux états d’âme. C’est sans doute nécessaire pour obtenir un bon contact avec nos amis les bêtes » et aucun des deux ne veut lâcher de terrain pour réussir à vivre ensemble leurs différences.

Katarina Mazetti raconte avec humour, tendresse et réalisme, la rencontre de ces deux personnages que tout sépare, poussant parfois jusqu’à la caricature pour mettre en exergue tout ce qui fonde et/ou détruit un couple. Elle montre avec réalisme comment la différence de l’autre, qui nous enrichit, peut aussi être source de difficultés en générant la peur de perdre son identité.

Le mec de la tombe d’à coté est un petit roman intelligent qui traite avec une vraie réussite de questions intemporelles sur un mode jubilatoire.

Extraits

« Je me suis attaquée à la mission d’être une épouse épanouie. Au bout de six mois, nous avions un mariage aussi confortable qu’une paire de pantoufles qui s’est faite à vos pieds… notre vie dans le lit double était un peu plus problématique et nous étions d’accord pour mettre ça sur le compte de mon enfance pauvre du point de vue sensuel. Orjan se donnait beaucoup de peine avec les préliminaires et moi je restais sèche comme du papier de verre numéro cinq, c’est dire si nous grincions. »

« Elle m’a demandé une fois s’il n’y avait pas autre chose que des vaches qui pourraient être rentables dans une ferme, je suppose qu’elle pensait à l’élevage de truites et à la culture d’immortelles et ce genre de choses. J’ai répondu sèchement que les seules choses qui paraissent vraiment rentables dans ce monde étaient les armes, la drogue et le sexe. »

L’auteur

Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la Radio Suédoise. Auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle rencontre un succès phénoménal avec Le mec de la tombe d’à côté, vendu à plus de 450 000 exemplaires, dans un pays de 9 millions d’habitants ! Elle s’est inspirée de sa propre expérience de femme de fermier pour écrire ce roman qui traite d’un thème éternel, l’amour entre deux êtres.

Paru en juin 2006 aux éditions Gaïa, le livre a suscité un tel engouement que la maison d’édition a décidé de faire découvrir au public français deux autres romans de cette auteur : Les larmes de Tarzan et le premier volume d’une trilogie intitulée Entre Dieu et moi, c’est fini. Malheureusement, la suite des aventures de Désirée et Benny n’est encore ni traduite, ni programmée en France.
_________________
Message 18/10/2007 07:19:24
 
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 18/10/2007 07:19:24
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

oh ça a l'air bien !!!!! tu donnes vraiment envie !!!

en plus cela confirme ce que je pense depuis longtemps, on peut ne pas avoir la même religion, ou même l'âge peut ne pas être un vrai problème quand on est entre gens intelligents, mais la différence de milieu social, c'est TERRRRRRRRRRRRRRIBLE !
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 18/10/2007 08:12:30
  Visiter le site web du posteur
jojo
Favorite de Platine

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2006
Messages: 3 057
Localisation: Grande Bibliothèque
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

oh Enora tu me donnes vraiment envie de le lire.........
Message 18/10/2007 08:18:16
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

je vous l'envoie ce week end Wink
_________________
Message 18/10/2007 16:42:35
 
jojo
Favorite de Platine

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2006
Messages: 3 057
Localisation: Grande Bibliothèque
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

merci merci
Message 18/10/2007 16:54:21
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

ahhhh merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!! Bisous
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 18/10/2007 17:36:29
  Visiter le site web du posteur
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

Oh oui tu donnes envie Enora ! Laughing

Et ce petit bouquin me fait énormément penser à un autre que j'ai lu voici pas mal d'années : "Pourquoi pas nous" de Patrick Cauvin. Si j'ai pensé à ce livre, c'est sans doute parce qu'il repose sur les mêmes "fondations". L'héroïne est libraire, discrète et elle est affligée d'un strabisme qui l'a fait se renfermer sur elle-même. Et le héros est catcheur. Une très belle histoire, avec beaucoup d'humour aussi.
Message 19/10/2007 15:52:18
 
laetitia
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 4 313
Localisation: Cergy
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

je me pose la question des différences dans le couple et en voyant ce roman je me demande si dans la vraie vie on a pas baisé les bras quand aux sentiments ....si a la moindre différence d'opinion ou de vie on ne se sauve pas en blamant l'autre de tous les torts ....
_________________
Message 19/10/2007 16:11:48
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

j'aime beaucoup patrick Cauvin, ses bouquins sont toujours plein de tendresse

ce que tu dis Laetitia me rappelle une citation d'Oscar Wilde: " le couple, c'est ne faire qu'un. Oui, mais lequel ?" c'est en cela que les differences font peur
_________________
Message 19/10/2007 16:57:54
 
enora
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2007
Messages: 1 528
Localisation: bretagne
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

Les larmes de Tarzan


Résumé de l’éditeur

Il s’appelle Janne, a vingt-neuf ans, roule au volant d’une Lamborghini, n’aime que les mannequins aux yeux de bébés phoques avec lesquelles il se conduit en parfait salaud, mais pleure quand il est seul sur son incapacité à se lier.

Elle s’appelle Mariana, a trente-cinq ans et les seins en « oreilles de basset », est mariée à Mike qui s’est envolé lors d’une crise aiguë de paranoïa, la laissant seule avec deux petits enfants et un demi-salaire de prof de dessin. Rien ne les prédestinait à se croiser jusqu’au jour où sur la plage, Mariana joue à Tarzan avec sa fille ; c’est comme ça que Tarzan rencontra Janne au propre comme au figuré !

Avis d’Enora

A la suite du succès de Le mec sur la tombe d’à coté, les éditions Gaïa ont décidé de publier cet autre roman de Katarina Mazetti. Ici, elle nous narre la rencontre d’un couple séparé non plus par la différence de classes sociales mais par le niveau de vie : lui gagne énormément et ne sait plus comment dépenser son argent, elle, galère pour pouvoir acheter à manger à ses enfants à la fin de chaque mois. On débute le récit, de nouveau présenté sous forme de journal à plusieurs voix avec l’appréhension que l’auteur nous rejoue la même histoire à quelques variations près. Mais c’est sans compter sur le talent de Katarina Mazetti !

Même si l’humour est toujours présent, ce récit est beaucoup plus sombre, d’ailleurs le titre est là pour nous le rappeler. Bien plus qu’une histoire d’amour, c’est un constat sociologique sur la condition de vie des mères isolées que l’auteur fait ici. Si elles travaillent à plein temps, cela veut dire lever les enfants tôt le matin pour les emmener à la garderie, les reprendre le soir tard, fatigués, pleurnichant, ne plus avoir de temps à leur consacrer pour jouer avec eux, leur lire des histoires. Si elles travaillent à temps partiel , elles n’arrivent pas à boucler leur budget… Il y a un passage particulièrement bouleversant ou Mariana invente un jeu avec ses enfants, parce que le frigo est désespérément vide : « …alors on a joué pendant un moment à être des animaux sauvages au trou d’eau et on a fait un concours de celui qui savait boire le plus d’eau, on était à genoux devant une bassine, à beugler et à mugir et à barrir…les enfants ont bu des quantités d’eau énormes et n’ont plus eu faim… ». L’auteur nous confronte aussi à l’horreur de la schizophrénie, aux souffrances de la personne malade et à celles de ses proches.

Mariana est une battante, ce qui la sauve c’est l’humour « Autrefois, dans les livres pour jeunes filles qu’avait ma grand-mère, elles partaient toujours vendre leurs longs cheveux dorés. Je doute que quelqu’un veuille acheter les miens…on m’aurait peut être donné un supplément pour les bouts fourchus ? Deux pour le prix d’un ? » . Elle ne se fait plus aucune illusion sur la vie et se protège de toute sentimentalité avec les hommes : « Janne a commencé à prendre l’allure d’un rhume d’automne, juste quand je pensais en être débarrassée, il revenait sous une forme mutante. Et impossible de s’en protéger ». Elle est lucide sur le fossé qui les sépare, l’écart de leurs conditions de vie « l’écorche comme un caillou dans sa chaussure » et si elle compare Janne à un prince charmant c’est uniquement parce qu’il se débrouille bien au lit « Il était, après quelques tâtonnements maladroits, bien meilleur que je n’aurais cru. Il a grandi avec la tâche et pour finir il s’est carrément révélé un prince charmant. Le sable était froid…quelques épines de pin me piquaient les fesses mais ça en valait la peine ». Fidèle au souvenir du poète farfelu qu’est son mari, il faudra qu’elle soit de nouveau confrontée à sa folie destructrice pour admettre l’inéluctable.

Janne, lui, est à la fois subjugué et horrifié par le naturel de la jeune femme comme les touffes de poils qui sortent du maillot et les sourcils qui n’ont jamais connu de pince à épiler. De plus, il déteste les enfants « Je n’ai jamais ressenti la moindre envie de vivre avec une meute de chiots humains dans les pattes, je n’ai aucun besoin de voir mes propres gènes dans de nouvelles combinaisons ni de chercher mes propres traits sur des tronches pâteuses de mioches ». Et pourtant, Mariana et ses enfants réveillent en lui quelque chose qu’il croyait mort : l’incroyable égoïste, va découvrir la joie de s’occuper d’autrui, de jouer les pères Noël ainsi que l’amour véritable, celui qui s’oublie devant le bonheur de l’autre. C’est un personnage à la fois irritant par son individualisme et touchant par son incompréhension devant les bouleversements de son existence. Il est séduit par Mariana, il a d’ailleurs toujours été attiré par les femmes plus mures, sexuellement ils sont totalement en phase mais il n’arrive même pas à imaginer la vie de la jeune femme : tombant sur sa fiche de paie, il pensera que c’est une prime.

Pas de happy end mais du réalisme « Elle ne peut rien me dire du futur. Elle dit qu’elle ne m’aime pas exactement même si elle a beaucoup d’affection pour moi. Je n’en ai rien à foutre qu’elle m’aime ou pas comme dans un putain de navet Hollywoodien avec Meg Ryan. Je veux seulement qu’ils continuent à habiter avec moi ». Et c’est ce qui fait la force du roman de Katarina Mazetti, on était parti pour un conte à la Cendrillon ou à la Pretty Woman et on atterrit dans la vraie vie. Car même si on souhaite un dénouement heureux pour « Tarzan, Janne et les bébés singes » rien ne dit que les mannequins aux yeux de bébés phoques ne ressurgiront pas…
_________________
Message 03/11/2007 16:46:13
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

ben merci pour le premier.... je vais déjà le lire et dire ce que j'en pense... mais celui-ci a l'air tout aussi bien... même si la fin n'est pas hollywoodienne Laughing
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 03/11/2007 17:09:45
  Visiter le site web du posteur
Guitou
Geisha d"ambre

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2006
Messages: 1 613
Localisation: Schpountzie
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

Les personnages et l'histoire sont à nouveau atypiques et c'est ce qui m'attire. C'est extrêmement agréable de sortir de temps à autre du carcan de la romance classique.
Message 04/11/2007 23:03:41
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Katarina Mazetti  Répondre en citant  

ces écrivains "nordiques" sont injustement méconnus... j'avais lu un polar y'a deux ans acheté sur France Loisirs ... d'une originalité bluffante ! sur une femme SDF encore jeune (et qui s'en sort à la fin) qui a été broyée par sa mère quelques années plus tôt, et qui a tout perdu, tombée dans l'alcool et vivant dans la rue... elle se retrouve témoin d'un meurtre et va trouver en elle les ressources pour faire arrêter le meurtrier, aidée par un lycéen.... y'avait rien d'hollywoodien malgré le happy end, un bon polar attachant !
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 05/11/2007 00:44:15
  Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





Katarina Mazetti    

Message 16/08/2017 22:44:04
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 16/08/2017 22:44:04
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell