FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
Marquis de Sade
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Littérature classique

Author Thread
laetitia
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 4 313
Localisation: Cergy
Marquis de Sade  Répondre en citant  

Donatien-Alphonse-François de Sade naît à Paris le 2 juin 1740. Il est le descendant d'une vieille et prestigieuse famille de l'aristocratie de Provence. A 14 ans, il entre dans une école militaire réservée aux fils de la plus ancienne noblesse et, sous-lieutenant un an plus tard, participe à la guerre de Sept ans contre la Prusse. Il y brille par son courage, mais aussi par son goût pour la débauche. Revenu, en 1763, avec le grade de capitaine, il fréquente les actrices de théâtre et les courtisanes. Son père, pour y mettre fin, cherche à le marier au plus vite.
Le 17 mai 1763, il épouse Mlle de Montreuil, de noblesse récente, mais fortunée. Il ne s'en assagit pas pour autant et fait, dans la même année, son premier séjour en prison pour « débauches outrées ». En 1768, il est à nouveau incarcéré six mois pour avoir enlevé et torturé une passante. Il donne fêtes et bals dans son domaine provençal de La Coste, voyage en Italie, notamment avec sa belle-sœur, dont il s'est épris. A Marseille, en 1772, il est accusé d'empoisonnement (il avait en fait distribué, lors d'une orgie, des dragées aphrodisiaques à quatre prostituées qui avaient rendu malade l'une d'entre elles) et doit s'enfuir en Savoie. Condamné à mort par contumace, il est arrêté, s'évade, puis cinq ans plus tard (au cours desquels il alterne voyages et scandales), il est arrêté à Paris où il était venu régler ses affaires à la suite du décès de sa mère.
Malgré les interventions de sa femme, il va passer cinq années dans le donjon de Vincennes, écrivant pièces de théâtre et romans pour tromper son ennui, avant d'être transféré à la Bastille où il commence la rédaction des Cent vingt journées de Sodome (1785) puis, deux ans plus tard, Les infortunes de la vertu et Aline et Valcour. En juillet 1789, dix jours avant la prise de la bastille, il est transféré à Charenton, dans un asile de fous. Il doit abandonner sa bibliothèque de six cents volumes et ses manuscrits.
Il recouvre la liberté, accordée à toutes les victimes de lettres de cachet, en 1790. Sa femme, lasse de ses violences, obtient la séparation. Ses deux fils émigrent. Pour survivre dans le Paris révolutionnaire - ses biens, en Provence, ont été pillés et mis sous séquestre - il cherche à faire jouer ses pièces, se lie avec une jeune actrice, Marie Constance Quesnet, qui lui restera fidèle jusqu'au bout. Justine ou les malheurs de la vertu est publié - anonymement - en 1791.
Pour faire oublier ses origines nobles, il milite dans la section révolutionnaire de son quartier. Mais son zèle n'est-il pas assez convaincant ? Fin 1793, il est arrêté et condamné à mort. Oublié dans sa geôle à la suite d'une erreur administrative, il échappe à la guillotine et est libéré en octobre 1794.
Vivant chichement - ses seuls revenus sont ses écrits - il publie en 1795 La philosophie dans le boudoir, Aline et Valcour, La nouvelle Justine et Juliette (Justine et Juliette sont deux sœurs, l'une incarnant la vertu, l'autre le vice, qui subissent des aventures où la luxure le dispute à la cruauté). La presse l'accuse d'être l'auteur de « l'infâme roman » Justine. Il s'en défend maladroitement. En 1801, la police saisit ses ouvrages chez son imprimeur. On ne lui pardonne pas sa violence érotique, son « délire du vice », sa pornographie. Sans jugement, par simple décision administrative, il est enfermé dans l'asile de fous de Charenton. Il va, qualifié de « fou » mais parfaitement lucide, malgré ses suppliques et ses protestations, y mourir le 1er décembre 1814 sans jamais retrouver la liberté. Cet esprit libre, sur ses 74 années de sa vie, en aura passé 30 en prison.
Ses descendants refuseront de porter le titre de marquis, et il faudra attendre le milieu du XXe siècle pour que son œuvre, dans laquelle il a ouvert la voie à la psychologie sexuelle moderne, soit « réhabilitée ».


Source : www.sade-ecrivain.com

Romans et nouvelles

Dialogue entre un prêtre et un moribond, 1782.
Les Cent Vingt Journées de Sodome ou l’École du libertinage, 1785, publié en 1904.
Aline et Valcour, ou le Roman philosophique, 1786, publié en 1795.
La vérité, 1787.
Les Infortunes de la vertu (1re version de Justine), 1787.
Justine ou les Malheurs de la vertu (enrichissement des Infortunes), 1788, publié en 1791
Catalogue raisonné des Œuvres de M. Sxxx. 1788.
La Philosophie dans le boudoir ou Les instituteurs immoraux; publié en 1795.
La Nouvelle Justine. Suivie de l’Histoire de Juliette, sa sœur, 1797.
Les Crimes de l'amour, Nouvelles héroïques et tragiques, 1800.
Eugénie de Franval 1788.
La Marquise de Gange, 1813.
Dorcy ou la Bizarrerie du sort, 1881

Théâtre
L’Inconstant, 1781.
Le Prévaricateur, 1783.
La Folle Épreuve, ou le Mari crédule, 1783.
Oxtiern ou les Malheurs du libertinage, 1791.



J'ai lu toute jeune et sans me rendre compte a l'époque Justine ou les malheurs de la vertue ... j'ai donc découvert très tôt le libertinage que je ne comprenait pas bien évidemment ... relu quelques années plus tard j'ai redecouvert avec plaisir mais aussi avec effroi et parfois dégout et oui j'ai aussi mes limites le monde littéraire du marquis de Sade... je ne peux que vous conseiller les histoire de justine et juliette deux soeurs qui a la mort de leur père vont prendre des chemins aussi différents que la nuit et le jour ou oserais je dire que le vice et la vertue ...
Pour ceux et celles qui me connaissent, je vous déconseille néanmoins Les Cent Vingt Journées de Sodome ou l’École du libertinage, qui n'est pas pour les ames sensibles, ce livre est découpé en plusieurs parties allant crescendo des plaisirs simples aux plaisirs meurtriers, tout dans ce livre m'a déranger, l'enlèvement, le viol, l'avilissement, les tortures, les mutilations et enfin les meutres ...


Ce livre a été adapté au cinéma par Pier Paolo Pasolini en 1976. Il s'agit du dernier film de l'artiste, assassiné peu après sa sortie.

Durant la République fasciste de Salo, quatre seigneurs élaborent un règlement pervers auquel ils vont se conformer. Ils sélectionnent huit représentants des deux sexes qui deviendront les victimes de leurs pratiques les plus dégradantes. Tous s'enferment alors dans une villa près de Marzabotto afin d'y passer 120 journées en respectant les règles de leur code terrifiant.
_________________
Message 27/10/2007 21:10:40
 
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 27/10/2007 21:10:40
 
Tam
Courtisane d"Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2006
Messages: 634
Localisation: paris
ouhlà...  Répondre en citant  

j'ai du mal à imaginer que quelqu'un ait fait un film du livre... ça a dû être vachement censuré !! comme toi je me suis sentie hyper mal à l'aise à la lecture, plus on avance dans le livre et plus c'est du pervers-moche... trop c'est trop !!
_________________
Message 29/10/2007 00:47:45
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Marquis de Sade  Répondre en citant  

j'ai lu Justine... et j'ai vu le film de Pasolini...

bon, je ne ferai pas un cours sur : rapports dominants/dominés (lire Kant merci) donc fascisme etc... me suis franchement ennuyée (comme devant d'autres Pasolini)

ce qui est amusant à lire dans Sade, c'est son côté très moraliste : avilir une femme, en faire une prostituée etc, avec de grandes théories sur les bienfaits du sadisme (il souhaitait rendre des comptes avec la religion, les principes moraux, sur les croyances, l'honneur, la vertu etc de l'époque... transgresser les règles, provoquer) mais la psychologie il ne connait pas et l'on voit assez rapidement le côté vain de l'exercice... parce que faire mal pour atteindre la jouissance repose sur d'autres facteurs que se réjouir du pouvoir que l'on a sur l'autre.

Donc j'étais adolescente lorsque j'ai lu Justine et les séances de fouets et autres plaisirs m'ont plutôt surprise, mais là encore je passais les pages, de plus en plus ennuyée, surtout que j'avais envie de dire à la fille, tu peux pas te secouer là ? Laughing

pour moi qui suis une cérébrale, ses "analyses" sont totalement incomplètes... donc se heurtent vide au néant...
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 29/10/2007 09:09:07
  Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé





Marquis de Sade    

Message 26/09/2017 22:36:08
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 26/09/2017 22:36:08
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell