FAQ Profile
Search Members
Groups

PM's

Register Login/Out
Julie Cohen
Last Thread | Next Thread  >

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Moonlight Discussions > Romances VO

Author Thread
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Julie Cohen  Répondre en citant  

Voici l'article que j'ai fait sur Onirik, interpellée par cet auteur qui m'a semblé sortir de l'ordinaire et du conventionnel.... je prédis que Julie Cohen trouvera un public plus élargi lorsqu'elle pourra publier hors des "petits" harlequins en France. Il semble qu'en Angleterre, elle sorte peu à peu du cloisonnement...


Julie Cohen est un tout jeune écrivain de romances, dont deux de ses écrits ont été traduits en français pour Harlequin (notamment en septembre dans la collection passion La maison des amants). Si ses histoires sont conformes à la loi du genre, cette jeune femme réussit à repousser les limites du livre sentimental, en modernisant, nuançant et intensifiant certains sentiments, tout en oubliant de placer une fin idyllique, donnant ainsi une autre tonalité à ses récits, pour notre plus grand plaisir. Il était, par conséquent, intéressant de lire les réactions d’une nouvelle venue dans ce milieu. Notre écrivain a accepté de répondre aux dix questions de Marnie (qui remercie une nouvelle fois la très précieuse Laetitia) et ce, chaleureusement, avec une spontanéité rafraîchissante !
questions et traductions de Marnie et Laeticia


Onirik : How did you succeed to get your first book published ?

Julie Cohen : I’d always read Harlequin romances for fun, so when I decided to start writing, it was natural that I’d try to get published with Harlequin. I wrote three full manuscripts, all of them rejected (some more than once). My fourth manuscript (Featured Attraction, published in France as Brulant face-a-face) finalled in the Romance Writers of America’s Golden Heart contest, which is the world’s biggest contest for unpublished romance writers. A couple months after that, I went out to buy some chocolate for a dinner party and when I came back, there was a message on my phone from a Harlequin senior editor saying she wanted to buy my book. I nearly fainted.


Onirik : Who are you favourite authors ? Do they inspire you for your own books ?

J.C. : I have too many to count ! I love Marian Keyes, Jennifer Crusie, Susan Elizabeth Phillips, Rachel Gibson, and Kathy Love (all writing women’s fiction) ; in other genres I love John Irving, Kurt Vonnegut, Margaret Atwood. Because I did my postgraduate degree in Victorian fiction I’m a fan of George Eliot, the Brontes, Thomas Hardy, and Charles Dickens. And because I’m from Maine, I read everything that Stephen King writes. I’m always inspired by what I read, whether by these authors or by others.


Onirik : When you write plots, do you have your own limits or criterias or do you have limits or taboos fixed by the publishing houses ?

J.C. : I’ve been fortunate to be able to write whatever I’ve wanted to, although I always think of the reader’s needs when I plot a story. For a Harlequin romance, the story has to be very focused on the hero and heroine’s romantic relationship ; for my other publishers, I can choose stories that have more characters and slightly odder plots. Obviously I can’t have space aliens coming down in the middle of my realistic romance, but other than that, I let my imagination lead me. My editors always tell me to write what I like, and they’ll rein me back if they need to...they haven’t reined me back yet, though.


Onirik : In driving him wild (la maison des amants), you suggest family misunderstanding. The hero has a heavy past, a father who abandoned his family, the young woman is always in conflict with her own family who doesn’t seem to understand her. The parents/children relationship subject is it something that you’re particularly interested in or is it the human relationship complexity that interests you best ?

J.C. : I don’t intend specifically to explore family relationships, but I always do. I’m interested in how our earliest relationships can form who we become, or reflect the behaviour patterns we take into our other relationships. For some reason, I always write difficult fathers, which is ironic because my father is the greatest. I’m thinking of experimenting with some happy families in my next books, though happy families are less interesting than unhappy ones.


Onirik : I’ve been quite surprised to notice that the writing in your novel does not follow the usual path of romance Harlequin. The double volume helped me compare a classical story and yours. The happy ending is not the usual one ( the conflicts with the parents are not resolved) both heros love each other but they still have doubts, they know that life is not always a fairy tale, the steamy scenes are really steamy (you avoid the usual metaphors). What kind of style are you trying to reach or avoid ?

J.C. : I’m really glad you noticed and liked the ending. I’ve found that as I’ve written more and more, I like endings which are satisfying, but all the questions aren’t completely answered. In Driving Him Wild, I hoped I’d hinted that Nick and his father do reconcile. The important thing, though, was that Nick understood how to handle and overcome his own anger at his father. I don’t know if Zoe will ever have a great relationship with her family, but Nick understands that her family do love her, and his understanding will probably help her in the future. They will both have to work to make their relationship last, but that’s what real relationships are like, aren’t they ?

I write the type of story that appeals to me, in a style that comes naturally. I like a complex conflict, realistic and likeable characters, sexy sex, some humour and a happy, though not necessarily neat, ending. I love traditional romances and have read them all my life, though I do try my best to give my own romances a little twist that interests me.


Onirik : What’s the common point between your heros apart from looking like hot actors like you seem (as I am)so found of ?

J.C. : They all have a sense of humour, they are all gorgeous, and they all have a sense of honour (whether they know it or not). I totally base the way they look on my favourite actors, which gives me an excuse to look at lots of photographs !


Onirik : Like Janet Evanovich, Nora Roberts, Sandra Brown, Tami Hoag, Janet Dailey, Iris Johansen, Linda Howard, Jayne Ann Krentz, are you trying to make you novels evolve to a new genre (thriller etc) or are you comfortable in the format imposed by the publishing houses ?

J.C. : I love writing short romances for Harlequin, but I also write longer romantic comedies for Headline’s Little Black Dress imprint (the first will be published by Presses de la Cite in France). I think I’ll always write love stories, but I see my stories becoming more and more mainstream, hopefully longer and more complex. I want to be able to explore a range of emotion and experiences.


Onirik : You’ve been published for two years only, do you have a particuliar ambition or do you go where your inspiration leads you ?

J.C. : I haven’t been published for very long, but my eighth novel has just come out so I’ve been working very hard ! I hope I’ll be able to keep on writing the kind of stories I enjoy, and learn more and more about writing to make the stories better. Oh and I wouldn’t mind writing a bestseller, of course.


Onirik : I think that many stories have been told many times over but with different styles. How would you describe yours ?

J.C. : Sexy, funny, and emotional. And there’s often a bird in there somewhere.


Onirik : Do you have spoiler about the next novel which will be published in france ?

J.C. : Presses de la Cite have bought the rights to my novel Spirit Willing, Flesh Weak, although I’m not sure of the exact publication date or the translated title. It’s a romantic comedy that proves the course of true love is never predictable.

It’s the story of Rosie Fox, a fake psychic who accidentally makes a true prediction. She’s catapulted into a media frenzy, led by the gorgeous Harry Blake, a disgraced reporter who has a reputation for exposing frauds. She thinks she can fool him...but is she making a big mistake ?
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 28/10/2007 23:10:34
  Visiter le site web du posteur
Publicité





Publicité    

PublicitéSupprimer les publicités ?
Message 28/10/2007 23:10:34
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Julie Cohen  Répondre en citant  

Pour la situer "définitivement" voici la critique que j'avais faite de son livre ... (bon il est en vf mais les autres seront en vo promis Laughing )

Editeur : Harlequin
collection Passion (octobre 2007)


Présentation de l’éditeur

La mariée d’un soir de Sara Orwig

Enceinte d’un homme qui n’a jamais voulu reconnaître son enfant, et qui a disparu tragiquement, Olivia voit soudain sa vie basculer quand Matt Ransome, son beau-frère, lui promet 100 000 dollars si elle accepte de le suivre dans son immense propriété familiale, afin que l’enfant soit élevé au milieu des siens. Une proposition qui les mettrait à l’abri du besoin, elle et son bébé. Pourtant, Olivia hésite : peut-elle faire confiance à un Ransome ? Comment être sûre qu’il ne cherche tout simplement pas à lui voler son bébé ? Aussi pose-t-elle une condition : elle n’acceptera son offre que s’il l’épouse…

La maison des amants de Julie Cohen

Lorsqu’elle tombe nez à nez avec l’inconnu qui l’attend devant l’appartement de sa grand-tante, Zoe sent d’instinct qu’elle ferait mieux de garder ses distances. Car cet homme sexy et mystérieux, qui refuse de lui révéler les raisons de sa présence, la trouble trop, beaucoup trop… Pourtant, quand il lui demande de le conduire sur l’île du Maine où se trouve la maison qu’elle a héritée de sa grand-tante, un inexplicable élan pousse Zoé à lui faire confiance…

Avis de Marnie

Cela fait des années que je n’avais lu des romans de la collection Passions. La raison était très simple : je m’étais lassée de ces intrigues basiques et peu passionnantes. Or, voici que j’ai en ma possession un double roman (comme il en paraît actuellement) de ladite collection, et après lecture de ces deux histoires, enchaînées l’une après l’autre, je me suis dit que je ferai bien une critique en forme de comparaison.

J’étais assez contente de commencer par le roman de Sara Orwig, auteur que j’appréciais beaucoup au début des années 80. Là, je remarque qu’il est de 2006 et me décide donc à découvrir comment l’écrivain a évolué. Je suis assez contente de l’entrée en matière : scène de rencontre entre les deux héros et mise en situation. Tout cela emballé, en quelques lignes. Rapide ! Mais voilà… le thème de la fille pauvre, enceinte d’un dilettante insouciant et qui tombe dans les bras du grand frère milliardaire responsable… Bon, on racontait déjà la même chose il y a 25 ans ! Malheureusement, le désastre commence à la page 10 : elle trouve qu’il est super beau, il trouve qu’elle est super belle. (Ils nous le diront dix fois…). De l’émotion ? De l’évolution dans les sentiments ? Un minimum d’intrigue ? Un problème d’adaptation puisqu’ils ne sont pas de la même classe sociale, n’ont pas reçu la même éducation et n’ont rien commun ?

Rien, mais aussi aucune cohérence. C’est une serveuse qui s’est élevée toute seule et qui entame des études. Ah bon ? Elle s’installe avec assurance chez un milliardaire, utilisant un vocabulaire raffiné, et ayant une confiance en elle digne d’une reine. Notre héroïne refuse toute aide pour le bébé à naître de cette famille haïe… surtout pour qu’ils ne puissent jamais lui enlever son enfant. Le milliardaire lui propose 200.000 dollars et elle demande à ce qu’il l’épouse pour que le bébé soit mieux protégé… ah !? C’est évident que devant un juge après, elle pourra mieux se défendre contre cette famille, s’il est devenu le père de son enfant vis-à-vis de la loi… et ainsi de suite…

Les scènes de sexe (C’est un Passion, non ? Il faut que ce soit un peu épicé) sont celles que l’on trouvait en 1980, où l’héroïne tombe presque en pâmoison en embrassant le milliardaire, se refuse trois fois (dont une fois parce qu’elle souhaite être dans sa chambre…) avant d’atteindre la félicité… (J’avais les yeux qui se fermaient…). Pour finir, ils se disputent et elle atterrit à l’hôpital. Non, il ne l’a pas frappé hein ! C’est juste qu’il l’a contrariée, le vilain ! Bon, je vous laisse la surprise pour la fin. On ne sait jamais cela pourrait vous intéresser, au moins pour rire…

Prenant mon mal en patience, j’entame La maison des amants de cette inconnue qu’est pour moi Julie Cohen. Livre écrit en 2007, par une jeune romancière dynamique et visiblement pleine d’humour (j’ai jeté un coup d’œil depuis à son site), je n’ai plus aucun préjugé, me disant que je subirai dignement mon martyr en silence. Le début ne me déçoit pas dans le sens que c’est plutôt incohérent : rencontre entre les deux héros (où l’excentrique petite Zoé fait rentrer un inconnu dans l’appartement de sa tante, et ce, montrant une inconscience totale). Je grimace et puis soudain… cette fausse insouciance cache des émotions à fleur de peau. Les deux héros sont en pleine remise en question, avec des choix à prendre et à la recherche d’eux-mêmes.

Toute la modernité est là… et surtout l’intérêt : même s’il y a une fortune à la clé, il y a une aspiration à autre chose, pas à l’amour, non, mais à s’accomplir. Chacun est traumatisé par la défection des siens, et ils se sentent culpabilisés de n’avoir pas été aimés comme ils le souhaiteraient. Ils vont tenter chacun de tendre la main à l’autre, devenant son confident pour mieux se trouver soi-même. Beaucoup d’ironie mais aussi de désenchantement dans cette jolie histoire, qui même universelle, et souvent lue et relue, trouvera un écho dans le cœur de la lectrice.

De péripéties humoristiques, on passe en quelques secondes à l’introspection plus sombre, tout en assistant à l’évolution hésitante des deux héros qui se révèlent profondément humains avec leurs doutes et leurs faiblesses. La progression est soulignée par les scènes sensuelles, à l’opposé du précédent roman. Totalement intégrées à l’histoire, on sent le besoin de Nick et de Zoé de tenter de se toucher émotionnellement au moyen de contacts physiques. Les scènes sont charnelles et font preuve d’une certaine crudité, totalement cohérentes, modernes, et qui ne choqueront personne. Quant à la fin… et bien tout en étant optimiste, elle est loin de terminer comme un conte de fée idyllique, les héros avançant à pas prudents…

Donc, me voici perplexe… d’un côté, le pire reprenant tous les clichés de la romance, nous avons un auteur plus que confirmé qui formate des histoires sans âme, et de l’autre, voici une jeune anglaise enthousiaste pleine de tonus, de fraîcheur et d’envie qui tente d’innover. Entre une histoire à jeter et l’autre à conserver, me voici tel un Salomon au féminin, une paire de ciseaux à la main !

Bon, je préfère surveiller le site de Julie Cohen, en étant presque certaine que cet auteur plus que prometteur, au talent original, fera éditer rapidement des romans un peu plus fournis que l’on pourrait retrouver dans d’autres collections, comme l’ont fait tant d’autres (Nora Roberts, Tami Hoag, Janet Evanovich, Janet Dailey, Sandra Brown etc…)



DiabCoeur / DiabCoeur DiabCoeur DiabCoeur
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 28/10/2007 23:14:34
  Visiter le site web du posteur
laetitia
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 4 313
Localisation: Cergy
Julie Cohen  Répondre en citant  

si tu as un tome a me preter marnie je suis preneuse !!!! Smile Smile au fait mon rén om c'est laetitia pas laeticia ... Laughing Laughing
_________________
Message 28/10/2007 23:16:13
 
marnie
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2006
Messages: 5 717
Localisation: Chinatown - Paris 13
Julie Cohen  Répondre en citant  

punaise j'avais marqué laetitia (regarde... la première fois) mais y'a eu une coquille dans le second.... Confused Cry/Very sad je passe le message !!!! excuse !!!! Embarassed
_________________
www.onirik.net

Ne te venge pas ! Assieds-toi au bord de la rivière et tu verras passer le cadavre de ton ennemi. Lao Tseu
Message 28/10/2007 23:18:03
  Visiter le site web du posteur
laetitia
Impératrice

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 4 313
Localisation: Cergy
Julie Cohen  Répondre en citant  

pas grave la racine latine laeti est présevée Laughing Laughing
_________________
Message 28/10/2007 23:18:45
 
Contenu Sponsorisé





Julie Cohen    

Message 26/09/2017 22:37:59
 

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Forum Jump:
Sauter vers:  

Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure.
La date/heure actuelle est 26/09/2017 22:37:58
  Montrer les messages depuis:      


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Powered by phpBB: © 2001 phpBB Group
phpBB Template by Vereor.
Web Templates
Professional Website Templates Free web design, web templates, web layouts, and website resources, psd templates | lminteractive | layoutbank | linkauction | bizsell